Gros plan sur la bonne démarche à suivre pour assurer la bonne santé et le bien-être de ses enfants.

Leur apprendre les essentiels d’une bonne hygiène de vie

Dès son plus jeune âge, il est important d’apprendre à un enfant les bases d’une bonne hygiène de vie, afin qu’il prenne les bonnes habitudes le plus tôt possible. Dans cette optique, il est nécessaire de l’habituer à :

– Bien manger et à avoir une alimentation saine et équilibrée, c’est-à-dire avec peu de sel, de sucre et de graisse et avec plus de fruits et légumes.

– Ne pas négliger le petit déjeuner qui est le repas le plus important de la journée ainsi que les goûters, qui évitent les grignotages entre les repas.

– Prendre des vitamines de temps en temps pour renforcer ses défenses immunitaires, et ce, en vue de faire face aux changements de saisons ou encore lors de la rentrée des classes.

– Faire un traitement anti poux tel que vous pouvez voir sur https://www.illicopharma.com/236-traitement-anti-poux  à chaque rentrée des classes.

– Faire attention à sa vue et faire un contrôle régulier chez l’ophtalmologue

– Faire attention à son hygiène bucco-dentaire par le brossage des dents après chaque repas et une visite annuelle chez le dentiste ou la réparation systématique des caries.

Outre cela, il est aussi essentiel de sensibiliser les enfants sur les accidents domestiques et de la vie courante, qui peuvent paraître anodins et qui pourtant sont responsables de 30 % de la mortalité chez les enfants de moins de 4 ans. Toutefois, il faut garder à l’esprit que la prévention des risques reste la meilleure alternative face à cette problématique

Le bien-être de l’enfant par les bonnes attitudes des parents

Il faut savoir que le bien-être d’un enfant dépend en grande partie des attitudes de ses parents. Par conséquent, il est essentiel pour les parents d’adopter les bons comportements. Dans les faits, il s’agira de :

– Cerner les émotions de l’enfant et l’aider à les apprivoiser et mieux les connaître

– Etre calme, bienveillant et empathique en toute circonstance. S’il faut lui imposer des limites, la douceur est toujours à privilégier aux cris et aux menaces.

– Rassurer l’enfant lorsqu’il a peur et lui montrer que vous prenez ses peurs au sérieux. Dans cette optique, toucher l’enfant et lui faire un câlin sont des gestes très efficaces, car cela stimule la sécrétion d’ocytocine qui est l’hormone du bien-être.

– Encourager l’enfant pour qu’il soit curieux et motivé, autrement dit pour qu’il ose et puisse aller de l’avant.

– Donner une part importante aux jeux créatifs dans la vie de l’enfant, car il a été prouvé que les jeux contribuent au développement neuronal et synaptique des enfants ainsi qu’à celui de l’intelligence sociale et émotionnelle. De plus, les jeux de contact ont des effets antianxiogènes naturels.