Jusqu’où peut-on laisser notre progéniture naviguer sur le Web ? Nous vivons une époque où le numérique est omniprésent et où l’on s’apprête à enseigner le code informatique à nos enfants dès les classes de primaire. La box Internet fait partie des éléments indispensables dans un foyer. La manipulation des smartphones, tablettes et PC est une activité très prisée des petits, voir des tout-petits. Dès 3 ans, ils savent s’en servir, (mais ce n’est pas une raison pour leur en offrir un), dès 11-12 ans, le téléphone portable (et son accès à Internet) devient, semble-t-il, une nécessité. Outre le risque addictif, Internet est aussi la porte ouverte à de nombreux dérapages dont nos enfants font souvent les frais. Où se situe la limite ? Internet et nos enfants, pour le meilleur et pour le pire ? Faisons le point.

Les enfants, une cible facile

L’instauration du contrôle parental avait pour but de protéger les plus jeunes des risques et de l’accès à certains sites. Puis arrivèrent les réseaux sociaux, si populaires, si simple d’accès, si ludiques. Il n’est pas rare aujourd’hui de trouver des propriétaires de comptes Facebook encore au CM2. Selon une étude européenne, 38% des 9-12 ans utilise un réseau social (Facebook, à une immense majorité).

Si les parents ne sont pas toujours au courant, les délinquants et prédateurs sexuels, eux, le savent bien. Pour certains d’entre eux, Internet est un terrain de chasse de premier choix. Attention, le risque existe, mais ne doit pas être exagéré. Les dérapages existent, et les enfants n’ont pas toujours consciences de limites jusqu’auxquelles ils peuvent dévoiler leur vie privée sans risque. D’où l’intérêt de les informer et de les sensibiliser à ce type de risque.

Le cyberbullying, la menace fantôme numérique

Le harcèlement n’est hélas pas une pratique récente, même dans la cour de l’école. Mais il fut un temps où il était cantonné aux murs de l’école, ce qui n’est plus le cas depuis l’avènement des réseaux sociaux et la diffusion massive d’informations à caractère personnel en ligne. Le cyberbullying, ou cyber harcèlement, est une pratique courante sur Internet. Il peut prendre différentes formes, comme la création de faux profils, la diffusion de rumeurs infondées ou l’envoi de messages d’insultes ou le vol de de photos privées. En outre, la distance physique avec la victime permet une démultiplication du nombre de harceleurs, de leurs attaques et de la force (psychologique) de celles-ci. Le cyber harcèlement a déjà fait de nombreuses victimes de par le monde : en France, 40% des élèves disent avoir déjà été victimes d’une agression ou de brimades en ligne. Dans le pire des cas, cela peut aller jusqu’au suicide (les histoires d’Amanda Todd, Rehtaeh Parsons et Hannah Smith sont parmi les plus tristement connues dans ce domaine).

Que faire dans ce cas ? Retarder l’âge de l’achat du premier téléphone, premier canal de connexion à Internet chez les plus jeunes.