Après l’accouchement, les changements et confrontations physiques auxquelles la femme fait face sont multiples et parfois elle lui arrive d’avoir des troubles post–partum. Durant cette période, l’humeur de la jeune maman est très variée et peut même se tendre vers une dépression. Contrairement aux idées reçues, une jeune maman ne ressent pas toujours un lien fort pour son enfant dès sa naissance. Et c’est justement pour cette raison que certaine femme ne montre pas ce sentiment de peur d’être jugée comme une mauvaise mère. Là commence alors ses angoisses psychiques sur son statut de mère.

A tendance dépressive

Après avoir vécu le stade de la gestation, la femme n’en est pas à ses dernières surprises. Durant les premiers mois du bébé, il y aura des insomnies pour certaines et hypersomnie pour d’autres, de la fatigue, de la perte d’énergie entre autres. Ces variations d’humeurs vont entraîner un déséquilibre psychique et psychologique pour la mère. Elle aura alors un sentiment de dévalorisation de sa personne ou une culpabilité excessive et ainsi une perte d’intérêt. La silhouette, élément important aux yeux d’une femme, sera son plus grand souci car elle perdra ou, et c’est le plus redouté, gagnera des rondeurs mais dans les deux sens, considérablement. Elle n’arrive plus à se voir comme une femme à ce stade là mais juste une personne qui a accouché.

Papa tombe dans les oubliettes

Quand maman ne ressente « plus » sa féminité, elle n’a plus envie de se retrouver nue face à papa et même si c’est sous les draps. S’ajoute à cela les retentissements de la femme à la conjugalité c’est-à-dire la peur d’une pénétration douloureuse. D’autre part, la mère entretient de plus en plus une relation fusionnelle comblée de sensualité et de contact physique avec son bébé et en oublie  l’intimité avec son mari. Aussi le père se considère comme délaissé et il peut même avoir un trouble de repère. Il occupera désormais la place de délaissé au profit de leur bébé.

 Il va falloir du temps au couple pour se reconstruire et pouvoir assumer leur rôle de parent et ne pas oublier pour autant leur vie de couple et leur intimité.