Berceau de la haute couture, la France est la plus grande référence mondiale dans le secteur de la mode. Depuis que la concurrence des pays émergents a vigoureusement ébranlé le domaine, plusieurs milliers de métiers ont été perdus. Les entreprises françaises ont ainsi été obligées de réorganiser leurs activités, donnant une place prépondérante à la commercialisation. Cet article propose de voir en gros plan la conjoncture actuelle du secteur de la mode et du textile.

Paris, Capitale de la mode.

L’industrie de la mode et du textile est porteur d’espoir pour l’économie francilienne. Plus de 20 000 emplois générés par plus de 2 000 entreprises sont installés dans la région, majoritairement à Paris et dans Aubervilliers, Pantin ainsi que Montreuil. Plus de la moitié de ces entreprises exercent leurs activités dans le domaine de l’habillement. Riche d’innombrables boutiques de créateurs et maisons de couture, Paris occupe toujours une place magistrale dans l’univers de la Mode.

Les emplois dans le secteur textile – habillement – mode : état des lieux.

Aujourd’hui, avoir un bon coup de crayon (ou de ciseaux) et une créativité à revendre ne suffisent plus à faire recruter. Les compétences en management, en informatique ou en gestion viennent s’ajouter aux critères indispensables afin d’accéder aux métiers du secteur textile et de la mode. A l’heure où la crise fait rage, la plupart des entreprises de l’habillement choisissent de se tourner vers le textile technique, une filière sur laquelle tous les espoirs du secteur se reposent.

Le secteur de la mode et du textile rassemble près de 6 800 entreprises en France avec 190 000 personnes. Pour être à la hauteur de la compétitivité, les entreprises de la mode et du textile doivent être à la pointe de la technologie : ouverture de réseau informatique pour les dernières actualités dans le secteur, création de site web en guise de vitrine virtuelle, ce site qui va permettre aux demandeurs de consulter les offres disponibles, d’effectuer les achats et commandes sans besoin de déplacements, quoi de plus pratique.

Au cours de ces 20 dernières années, l’économie de la mode et du textile a été fermement modifiée. Au profit des chaînes de la grande distribution, les commerces indépendantes multimarques ont perdu du terrain. Néanmoins, toutes les branches n’ont pas été touchées de la même façon. Contrairement à l’industrie de l’habillement qui connaît d’importantes difficultés, la maroquinerie et la couture ainsi que l’industrie des textiles techniques sont en bonne santé.